Histoire du club

Le football à Saint-Agrève à ses débuts… 

Après la guerre de 14-18, le football va se répandre sur le plateau. A Saint-Agrève, la première équipe fut créée à l'initiative de Paul BERNARD, aidé par Louis GRAND et quelques joueurs. Elle prit le nom de SASA (sport athlétiques Saint-Agrévois) en 1928. Les exploitants hésitants à louer leurs terrains à cause des crampons qui abîmaient le gazon, divers prés furent utilisés, le pré BARBE vers Sénéclauze, le pré Pireyre, le pré dit de la Maria à l'emplacement des HLM. Ce dernier fut à la fois le premier et le plus utilisé.
C'était aussi le plus rustique, habitué au piétinement des moutons GONTARD.
Peu après,vers 1933, une équipe patronale va voir le jour à l'initiative de Victorin TEYSSIER. L'étoile, maillot rouge, va utiliser le terrain de la tulipe. Dans notre secteur, il y eut pendant un certain temps deux équipes ; à Vernous, à Lamastre (jeune garde et ESL), au Cheylard (jeune garde et FFC) et Saint-Agrève (SASA et Etoile). Entre l'étoile et la SASA, les matchs étaient souvent houleux.
Annoncés par le tambour blanc, ils avaient un gros succès.
Telle était la situation en 1936. La SASA va rester en sommeil de 36 à 38. Elle va connaître un renouveau en 38 avec à sa tête un nouveau président Elie CHAREYRON et quelques dévoués éléments : les trois classards (Fernand ROUX, Albert BEAL, Dédé DUPIN), DRUJON etc. Elle utilisera le terrain de Véron et on nous permettra d'y pratiquer le sport école. Avec la guerre, beaucoup de joueurs seront mobilisés. En 40, une entente Saint-Agreve-Le Chambon va évoluer tantôt au Chambon, tantôt à Saint-Agrève. Cette entente durera peu, les joueurs de Saint-Agrève ont compris, ils ne demandent plus qu'à se regrouper. L'équipe gardera le nom de la SASA zt va utiliser le terrain de la Tulipe et ce jusqu'en 1948.
Ce problème la municipalité CHAUDIER l'avait pressenti, car vers 1940 elle avait achetée un terrain, un pré à Jacques MAS dit Jacquetou. La partie haute du stade sera achetée par les municipalités CHAREYRON puis MANDON.
Avec la guerre, les travaux vont débuter lentement. En 1945, Elie CHAREYRON, devenu maire et conseiller général, va céder sa place de président à une nouvelle équipe dirigeante avec Fernad BONNET comme président actif. La SASA va connaître une époque florissante, d'autant plus que plusieurs forains sont venus la renforcer. En juin 48 notre tournoi de sixte connaît un vif succès avec la plupart des équipes de la région. La municipalité CHAREYRON va activer l'aménagement du stade : nivellement, drainage, côté Chiniac, remblaiement. A l'été 48, c'est jouable, les vestiaires viendront l'année d'après. La saison 48-49 débute par un brillant succès sur Lamastre (6-1). Nous jouons en jaune (les canaris) puis en violet. Nous nous déplaçons en car avec des retours souvent tardifs égayés par les chansons interprétées par Dédé MATHIAS.
Nous avons nos supportrices fidèles prêtes à braver celles des autres clubs.
Nos recettes : une petite subvention de la mairie, une petite collecte autour du stade,et surtout nos séances récréatives que Aimé FA, le nouveau propriétaire du cinéma, met en place, et, quand il y en a, le bénéfice du comité des fêtes que l'on nous a confié. Mais pas question d'embaucher un entraîneur, c'est trop cher! 1948-1949 sera notre meilleure année. Nous terminerons 1er de notre poule, nous envisageons la montée. Hélas un 6-1 essuyé au Teil-Lafarge met fin à nos espoirs ! L'année suivante, la saison est catastrophique. Les forains nous ont abandonnés, les joueurs du cru rechignent, c'est la chute. Heureusement avec de nouveaux dirigeants (Henri BARBE, Edouard MANDON, Fernand BONNET, André COURBIS), l'équipe va repartir en 3ème division (Championne Drôme-Ardèche), puis en 2ème division, à nouveau championne. Quant au stade bien aménagé, avec mains courantes, vestiaires, etc, l'inauguration aura lieu le 27 juillet 1955 sous la municipalité CHAREYRON-MANDON, en présence du préfet JEANJEAN, du député ministre Paul RIBEYRE et de M.ALLAUZEN, président du conseil général.
La cérémonie fut malheureusement écourtée par l'annonce du décès du DR TOURASSE...

Jean MONTABONEL
(Extrait de-l'Echo du Chiniac)